Michel Limoge, alias « La Glaudine »

Depuis l’automne 1995 Michel Limoges, alias « La Glaudine » s’exprime à peu près chaque dimanche que le Bon Dieu fait dans les colonnes louhannaises du « Journal de Saône-et-Loire ».

« La Glaudine » parle de la pluie et du beau temps, de ses copines, l’An-nette, son ancienne voisine, la Marie-Joséphine, son alter ego, la Mémette de Corpeau, la Sylviane de la Bertrandière, la Liline de Mellecey, la Doudou de Saint-Martin (-en-Bresse bien sûr)…

Elle parle du temps passé, des repas de boudin et autres ripailles, et des enterrements d’antan. Elle parle de ses soirées d’ «écheillage» et des journées de mission avec l’abbé Gondard. Elle parle du hongreur qu’on appelait « porchou ». Des vagabonds qu’on appelait « roulants ». Elle parle de Cadjou qui fit les beaux jours des battoirs et la fortune des bistrots.

Elle a écrit pas moins de 500 histoires publiées en patois. Pas dans n’importe quel patois : celui de Saint-Germain. C’est du patois bressan. Plus exactement, c’est « un » des patois bressans. Celui qu’on « cause » du côté des deux Saint-Germain bressans, celui dû-Bois, et celui du-Plain, mais aussi à Mervans, à Pierre-de-Bresse, Saint-Martin-en-Bresse, Saint-Marcel-lès-Chalon, Allériot, Verdun-sur-le-Doubs… 

 

.