L’nouveau four d’la Marie

Y’a déjà un pcho moment, la Marie, il s’a amanvie d’éne cuisinière neu. Ene pchote cuisinière, ma foué bien jolie, peu qu’a, jusqu’à y’a pas langtemps, tôje bien marché.
Mais vouécia-t’y pas qu’sam’di matin, y foyo qu’il allé chez sa couéffeuse. Il vouyo, c’man j’yé campris, s’faire faire des machins encore bin campliqués é ch’veux. C’man il avo rendez-vous à 10 heures apeu qu’il ain-me pas migé la soupe à deux heures du tantôt, il avo tout préparé san fricot d’vant d’parti : éne carpe farcie.
Il avo brament apprôté san plat, mis bien d’ia crain-me, des fines z’harbes, apeu un d’mi-litre d’vin blanc ; il l’ya tout mis, bien rangé, dans l’four de sa cuisinière neue ; apeu, juste d’vant partir chez sa couéffeuse, il a ch’pé sans homme, le Jojo, pou l’y faire ses r’comandatians :
– Te voué, Jojo, j’ai fait, pou s’midi, la carpe qu’Lucien é nous a béillé jeudi quand é l’a poché san étang. Il est toute prôte à queure. Moue, j’vou pas et’ là pou y met’ en route. Y fodro juste que’ t’alleume le four à anze heures.
T’y r’sanj’ras ? Autrement, an va migé à point d’heure…
– Y’est pas bien difficile qu’é l’a dit, PJojo. Parte tranquille, ma Marie, j’veux pas y’ubier.
La Marie, il a dan pris sa vélo pou parti apeu man Jojo é l’a r’tené dans sa co, essarper san vieux piessi.
A anze heures, é y’a pas loupé. E l’a posé san vauge, é s’a lavé les mains, bien prop’, apeu é l’a été tourné l’boutan d’ia gazinière.
Y’a parti. E l’a écouté l’four qu’a, ma foué, fin bien démarré, peu é l’a r’mis ses sabots, é l’a r’pris san vauge apeu à l’a cantinué san travail.
A midi, vouécia la Marie qui r’vint. Balle, d’aveu ses ch’veux neu, c’man éne sainte vierge. Il pose sa vélo. Il cheupe le Jojo :
– T’as r’sangé à ail’me man four ?
– Bin sûr que voui, Marie.
– Alors y doué et’ queu. J’yavo programmé sur 4. Ene heure, y’est juste s’qui foyo.
– La Marie core à la cuisine, euvre le fo… Mes pôrs pchos ! La carpe, il éto réduite à nain. Noire c’man du charban. Dans l’four, j’en cause pas, y’éto calciné d’partout. Apeu j’vous dis pas s’qui sento.
La Marie, il a tout d’suite euvri la porte d’ia cuisine peu la f’nêtre. Apeu il s’a mis à ch’pé : « Mais qu’ouess’ s’que t*as fait, man pôr homme ? Y’est c’man si y’avo évul’fudansl’fo… »
Man Jojo é l’a viv’ment coru au s’cours de sa pore fone. E l’ant r’gaidjé tous les deux l’désastre. E l’ant charché à camprend’ s’qu’avo bin pu s’passer.
Apeu bin sûr, é y’ant trouvé : y’est PJojo, au lieu d’virer l’boutan pou all’mer l’fo, é l’avo viré slala qui metto en route le néttouéyage : la pyrolise, c’man y paraît qu’y s’appalle. Là, y mante, la température, j’sais pas moue, à deux-trois mille degrés, p’tét’ de pu ; y calcine les graisses apeu tout qu’est sale dans l’fo. Bin là, la pyrolyse, il avo fin bien marché : la carpe éto bel et bien nettouéyée.
Mais pas l’fo, qu’éto sale c’man é l’avo jamais été.
– An peut rien t’faire faire, man pôr homme, qu’il a dit la Marie en marmottant. Pou s’midi, an dira qu’an a fini d’migé. R’teune dan à tan piessi. Moue, j’m’en vas réqueurer tout s’te sâl’té qu’t’as fait.
Pour réqueurer, r’marquez bien, y’éto pas difficile. D’aveu un four à pyrolise, y suffise d’rall’mer.
Y’est s’que la Marie il a fait. Apeu, toje énervée, il a seutchi dans la cô, pour s’occuper à rien mais au moins r’sanger à aut’ chose.
Au bout d’un moment, PJojo peu la Marie, é l’ant vu c’man d’ia f’mére qui seutcho pou la f’nêtre euvrie. E l’ant viv’ment coru voir s’qu’arrivo encore.
La cuisine éto enf ‘mée pas pou d’rire. La Marie, dans sa précipitatian, il avo mal r’farmé la pôtche du fo, d’vant d’brancher sa pyrolise. Alors, toute la sâl’té breûlée, au lieu s’en aller pou la chem’née, bin il seutcho pou la porte.
J’vous dis pas l’ambiance, le soir, dans l’lit.

La Glaudine

.