L’église et le prieuré

Aucune archives ne nous donne une date précise pour la construction de l’église de Baudrières : cependant elle peut être située entre le milieu du X ème siècle (date de construction de l’abbaye de Tournus) et la fin du XI ème siècle.
Baudrières fait partie d’un des ces trois groupe d’église romanes de la Bresse : les groupes chalonnais, tournugeois et hugien (vers Macon à St André le Bagé. Dans la région tournugeoise – à laquelle nous appartenons – toutes les églises romanes sont concentrées dans un triangle délimité sur ses deux cotés par la Saône et la Seille. On s’aperçoit alors que La Frette est posté non loin d’un carrefour important de voies et de chemins : chemin de Cuisery-montret, voie reliant Branges au Port de la Colonne, Charrière reliant la Savoie à la Bresse.
On remarque aussi que la plupart des églises romanes sont édifiées à l’aide des pierres des gisements de Préty (calcaire rose) de Lacrost (calcaire ocre) et de Sennecey-Boyer (calcaire blanc).
Ce sont ces dernières carrières qui ont approvisionné le chantier de Baudrières.
En conclusion la présence de matière première, de ports et d’un réseau de communications important explique la construction de nombreux édifices à cette époque et dans ce coin de la Bresse.
Cependant, à contempler toutes ses parois sobres et nues, l’architecture est d’un roman très pauvre, faute de moyens sans doute.
A cette époque, se sont les seigneurs qui faisaient construire les églises. Ce fut probablement un seigneur de la famille des Sires De La Porte qui fit construire l’église de Baudrières. Peu après son édification elle fut donné à l’abbaye de Tournus. En 1113, l’évêque Gauthier de couches confirma cette donation à l’abbé Francon de Tournus. C’est peut-être à ce moment que Baudrières devint le siège du prieuré que mentionnent les Pouillés de Lyon (actes)
La première notion exacte de la Communauté de Baudrières remonte à 1490 dans la recherche des feux (sorte de recensement) faite par Claude Bouyer, curé de Baudrières : il déclare alors 102 feux soit environ 510 habitants.
Le Prieuré de Baudrières paraît se créer après l’accord de donation en 1107. Ce sont les fouilles de Lyon qui signalent l’existence de ce prieuré : on n’a pas réussi à le situer. La plupart du temps, un prieuré n’est qu’une ferme exploitée par quelques moines qui l’exploitent et le surplus était donné à l’abbaye de Tournus. A la fin du XII ème siècle , l’abbaye connaît d’immenses difficultés financières dont le prieuré subit probablement le contrecoup.
En 1524, on parle aussi du Doyenné de Baudrières. Un doyenné étant une circonscription administrative diocésaine qui regroupait plusieurs paroisses sous l’autorité d’un doyen. Mais il ne semble pas qu’un doyenné de ce type ait existé à Baudrières. A moins que les sièges des doyennés n’étant pas toujours déterminés, le titre de doyen ait fini par représenter surtout un privilège honorifique, le Doyenné de Bresse se soit trouvé fixé à Baudrières. Mais il pourrait aussi s’agir d’un titre particulier décerné au prieuré. Dans l’ordre de Cluny certains prieuré étaient qualifiés de Doyennés ou Doyennés ruraux.
Mais à ce sujet les archives ne nous donnent que des informations floues qui nous laissent faire toutes les suppositions possibles…
Extrait de  »La Gazette de Baudrières » n° 2, Décembre 1983

Article de Michèle Susteck avec la participation de Mme Bonin-Michelot