La réfection de la RN 433

« Une bonne chose estiment les usagers et les riverains »

Du 23 mai au 27 juin 1973, sous le contrôle vigilant des subdivisions de l’équipement de Chalon-sur- Saône et de Tournus, la route nationale 433 qui est par excellence celle des poids lourds, aura fait l’objet d’une rénovation importante et cela sur un tronçon de 9 km.

L’axe routier parallèle à la route nationale 6 et situé sur la rive gauche de la Saône, est classée en route départementale, à la suite d’un arrêté ministériel promulgué le 1er janvier 1973. Sa naissance prend corps à l’une des intersections de la route nationale 78 située à mi-chemin entre les communes d’Ouroux-sur-Saône et de Saint-Germain-du-Plain puis déroule son long ruban de 120 km jusqu’à Lyon, au Pont de Serin, en franchissant les communes de Baudrières, Simandre, Cuisery, Pont-de-Vaux, avant de couper la route Mâcon- Bourg-en-Bresse au dangereux carrefour de la Madeleine, pour se diriger ensuite sur Thoissey, Montmerle, Neuville-sur-Saône.

 A l’origine des travaux pour lesquels monsieur Claude-Marcel Poncet, maire de Baudrières, aura pris une part prépondérante, il convient de faire en la circonstance un retour sur le passé. A la fin de l’année 1944 sonnant le glas de l’Allemagne nazie et du tyran despotique, Adolf Hitler, les Allemands n’avaient pas hésité à balancer près du pont de la Tenarre une imposante cargaison de matériel, notamment des charges d’explosifs. Or l’intervention de Monsieur Poncet auprès de la préfecture permit de faire déplacer sur les lieux les services spécialisés de déminage de Versailles.

Cette phase préliminaire étant achevée, le pont donna brusquement des signes d’inquiétude et cela motiva un renforcement partiel au début de l’année 1971, Mais les travaux s’avérèrent insuffisants.

Le 23 mai dernier, une kyrielle de mastodontes entrèrent en action, non pas des chars d’assaut, mais les compacteurs, pelleteuses, cylindres et bulldozers. Evidemment, il fallut prendre d’emblée les mesures préventives. La route nationale 433 fut coupée au hameau du Nassey, à Saint-Germain-du-Plain, d’où nécessité de mettre en place une déviation par le canal de deux voies départementales 160 et 162 jusqu’à Simandre, en passant justement par le bourg de Baudrières. On devinera du même coup les incidences néfastes inhérentes à la circulation, néanmoins l’ensemble des entreprises sut accomplir la tâche avec célérité, ce qui permit de respecter scrupuleusement les délais.

En l’espace de cinq semaines; la chaussée a été entièrement révisée, sa largeur est désormais portée à 7 m avec sur chaque flanc un réajustement de 0 m 50. Le coffrage réalisé par du touvenant de carrière aura facilité une surélévation de 20 cm en outre le pont de la Tenarre a été remarquablement consolidé sur ses angles intérieurs, offrant du même coup l’aspect d’un ouvrage d’art particulièrement solide, pouvant supporter de très lourdes charges. Désormais, la main- d’œuvre concentre son attention sur les fossés longeant la route, tout en aménageant l’entrée des cours d’habitation. Il n’en demeure pas moins qu’au rayon des projets figurent la mise en place de parkings susceptibles de rendre d’utiles services à la circulation. Cette remise en état de la route nationale 433 où la réglementation de hauteur pour les convois d’envergure n’existe pas a été, disons-le, bien accueillie par les riverains et usagers.

« C’est une bonne chose, avoue monsieur  Poncet. Auparavant, on ne pouvait plus circuler, la route était bombée et ceci rendait difficile le croisement des poids lourds. Je ne suis pas du tout mécontent de cette remise en état car j’estime d’emblée que le passage des convois routiers a eu pour effet d’apporter un stimulant aux commerçants locaux. On ne peut pas être favorable au modernisme et empêcher les gens de circuler. » Et le maire de citer en exemple l’afflux des touristes belges, néerlandais et allemands. « D’autre part, affirme l’édile local, de juin à septembre la trafic sera sensiblement accru »

Lire la suite : quelques témoignages 

Article de Michel Sylvain, le Courrier de Saône et Loire, année 1973