La première communian de ma tante marthe

An causo l’aut’ jour, l’An-nette qu’avo m’ni m’voir peu moue, de tout s’qu’avo changé dépeu qu’an a m’ni au mande. Y’est facile de camprendre qu’y nous a pris du temps. Pass’que, entremé 1905 apeu ôjde, des choses qu’ant changé, y’en a évu pu d’éne.
J’veux dan pas vous racanter toute not’ canversatian ; y faudro gros d’pu qu’un livre. J’vas juste là vous causer d’éne histoire qui fait bien voir qu’an voué pu les choses maint’nant c’man an les vyo y’a, mettins, cent ou cent vingt ans.
Y’est l’histoire d’ia premére communian d’ma tante Marthe.
Ma tante Marthe, il éto née en diz’huit cent quatre-vingt quatre. Deux ans après sa seu Marie, quatre ans après san frère Jean. A la Rass’nouze, entremé Glairans peu Saint-Bounot.
Y s’a trouvé que s’te pôr pchote, il éto djabétique. Pas pou d’rire. Foyo qu’il b’vé des litres d’jô par jour. Peu à peu près autant la né. Bin sûr, ses pères, quand é Tant vu s’qui, é Tant fait m’nir le méd’sin, qui z’ya rien pouvu apeu qui lu z’ya dit que s’te pôr pchote il vivro p’tét diz’huit ou vingt ans, mais pas d’pu (il est môtche en 1968, à… 84 ans, de tout aut’ chose que du djabète… c’man quoué les méd’cins, dans l’temps, é retint pas pu malins qu’céla d’ôjde).
Ma tante Marthe, dan, quand il avo pouriqui dix ans, san djabète, y l’occupo vraiment. Il pouvo pas passer éne né sin se r’lever boire deux-trois coups.
Y’a dérangé personne, à part soué, jusqu’au jour qu’il a fait sa premére communian.
Là, faut que j’vous essplique deux-trois choses, pass’que j’seu sûre que y’en a pas gros qui savant s’qu’éto, dans l’temps, la premére communian.
Dans l’temps, chez nous, à La Rass’nouze c’man dans les pays autour, an éto sage. Y veut dire qu’an allô au catéssime, quand an éto pcho, apeu à la messe le dimanche.
Quand an arrive à neuf-dix ans, qu’an savo not’ catéssime par cœur ou à peu près, an fyo not’ premére communian.
Y’éto un jour pas c’man les autres. An s’y prépara. Apeu, pou communier, s’jour-là (c’man les aut’ jour), y foyo être à jeun. Rien avoir migé, peu rien avoir bu (main-me pas d’yô) dépeu miné. Eh voui, y foyo, en s’temps-là, pou ccommunier être à jeun de pain peu d’jô. Me d’mandez pas pouquoué. Y’éto c’man s’qui, un point c’est tout.
Vous allez m’dire qu’yéto bête, pass’que maint’nant, si vous vouyez communier, an vous en d’mande pas tant. Y’est vrai. Mais quand ma tante Marthe il a fait sa premére communian, pouriqui vé diz’ huit cent quatre-vingt douze ou quatorze, y’éto c’man s’qui qu’allo.
Ma tante Marthe a tout d’suite campris, apeu ses pères atou, qu’il pourro jamais rester sin boire de miné à dix heures du matin, l’heure de la messe du je d’sa premére communian.
Man grand-père (qu’éto l’père de ma tante Marthe) é l’a dan été trouver l’curé d’Saint-Bounot, qui desservo La Rass’nouze, apeu é y’a esspliqué l’affaire.
Man grand-père, y’éto éne gens intelligent (an a tôje dit, dans ma famille, que je t’no d’soué), é créyo que l’curé é l’allo l’y dire qu’yavo point d’importance, que s’te pôr pchote tante Marthe, il pouvo boire tant qu’il vouyo après miné apeu jusqu’à l’heure de la messe, qu’le Ban Djeu, pou un cô, é farmero les yeux.
Mais l’curé, é l’a jamais osé dire s’qui. E l’a dit : « J’vous camprends bin, Jean-Glaude (man grand-père y’éto l’Jean-Glaude Coupât), mais j’peux pas prendre s’qui so man bounot. Faut qu’vous écrivint à l’évêque pour qu’é nous béille éne dispense. Si é veut. Ecrivez-l’y d’main, appoutchez-me la lettre, j’ienvirai, apeu quand é m’éra répandu, l’évêque, j’vous dirai s’qu’en est.
Man grand-père qu’éto un crouéyant c’man y’en a pu dépeu langtemps, é l’a fait le ch’min de r’tour d’Saint-Bounot à La Rass’nouze en d’jant san chap’let pou qu’sa pchote Marthe il ave sa dispense…
S’tôt rentré à la maisan, é l’a seutchi san crayan apeu é s’a mis à sa lettre. E l’avo pas gros été en classe, man grand-père, mais le pcho bout qu’é y’avo été é l’an avo bien profité. E l’a dan fait éne belle lettre, sans fautes qu’é sa dépôché d’poutcher au curé d’Saint-Bounot, qui l’a envie.
La répanse a pas tardé. « Pou avoir éne dispense, qu’é l’a dit l’évêque d’Autun, faut un certificat du méd’cin ».
Nam de blé !
Man grand-père é l’a dan été cri Camuset (y’éto l’méd’cin d’Marvans). Quand é l’a évu esspliqué à Camuset pouquoué qu’é l’fyo m’ni, Camuset é l’a parti dans éne grande rigolade. « Y’est pas vrai ? qu’é l’a dit. Faut que j’fyé un certificat à s’te pchote pou qu’il pouve boire de yô ? Pass’que s’il boue d’yô d’vant d’communier, y va la salir ? Mais moue, yô, j’savo pas qu’y sâlisso, j’créyo qu’y lavo… Si y’est c’man s’qui, c’man s’que j’vas rn’laver les mains apeu les fesses, maint’nant. »
Enfin ban, Camuset é l’a bien rouspété, traité l’évêque d’ignorant- (l’évêque d’Autun, à s’moment-là, y’éto
poutchant Mgr Perraud, éne gens qui passo pou savant, qu’éto cardinal s’il vous plait apeu qu’a fini à l’Académie), apeu bin sûr, é l’a fait l’certificat quand main-me, pussqu’à l’avo m’ni pour s’qui.

« Vous m’direz si y’a marché », qu’é l’a dit à man grand-père qui y’a béillé un poulet tout pieumé-vidé en péiH’ment.
Man grand-père a viv’ment poutché l’certificat du méd’cin au curé qui, soué, l’a esspédjé à Autun. Peu tout P mande a attendu.
Au bout d’deux-trois s’main-nes, y’a arrivé la répanse. Mgr Perraud é Pesspliquo qu’é l’avo cansulté sans cabinet (y’est s’te formule qu’é djo man grand-père quand é l’y racanto), apeu l’cabinet é y’avo rendu san verdict (y’est atou c’man s’qui man grand-père é djo). Peu s’verdict, y’éto : pas questchan !
A un moment, an a main-me dit, dans ma famille, que pou s’décider su s’te dispense, l’cardinal Perraud é l’avo, en pu d’san cabinet, d’mandé au pape soué-main-me s’qu’é l’an sangeo. Y’a-t-y vraiment été jusque-là ? A vrai dire, j’en sais rien, mais toge est-y qu’la répanse éto : nan, nan et nan !
Man grand-père, y’éto éne gens bien calme, mais là, é l’a j’té sa casquette en bas apeu é s’a quand main-me mis un pcho bout en coulère. Au moins deux minutes. Apeu é l’a réfléchi à s’qu’é pouvo faire.
Bin sûr, y’éto pas questchan déjà qu’sa pchote Marthe il fyé pas sa premére communian. Après y’éto pas questchan nan pu d’pas suivre s’que l’évêque é l’avo dit. « Mais qu’j’ai été bête, qu’é s’a dit, man grand-père. An éro dû rien d’mandé à personne, apeu s’esspliquer, ma pchote Marthe peu moue, tous les deux directement d’aveu l’Ban Djeu. Soué, é y’éro campris tout d’suite, mieux qu’ce pauv’ curé apeu s’t’évêque qu’est si loin d’nous. Mais maint’nant qu’ j’yé d’mandé, y’est trop tard. J’seu coincé… »
Alors, y s’a passé s’qui.
Quand ma pôr tante djabétique, y’a été la vouéille de sa premére communian, man grand-père é l’a vouéille jusqu’à miné moins cinq.
A miné moins cinq, é l’a révouéillé ma tante Marthe, bien douss’ment, apeu é y’a appoutché à boire. Il a bu tout s’qu’il a pouvu, j’sais pas, moue, p’tét un litre, p’tét’ de pu. Apeu man grand’père é y’a dit d’se r’coucher.
Soué, d’après s’que ma grand-mère il m’a racanté pu tard, é s’a pas couché. Y’éto éne gens sage, j’yai d’jà dit. E s’a mis à faire des prières. J’veux dire : des vraies prières. E l’a pas d’mandé au Ban Djeu d’I’y guérir sa pchote, ni main-me juste d’I’y couper la soué au moins jusqu’à anze heures du matin, l’temps qu’il ave communié. Man grand-père, y’éto pas éne gens qu’allo dire des pât’nôtres pou qu’le Ban Djeu é fyé des miracles pou soué ou bin pou les gens d’sa famille. E l’avo un grand respect pou l’Ban Djeu apeu un grand respect pou la prière. E l’a dan juste d’mandé, d’après s’que ma grand-mère m’a racanté, qu’sa pchote Marthe il preune s’qu’allo forcément y’arriver d’aveu pas trop d’chagrin.
Y’a pas manqué. Par là su l’coup des quat’-cinq heures du matin, ma pchote tante Marthe, il s’a révouéillé, c’man il se révouéillo deux ou trois cô toutes les né pour aller peuger un pochan d’jô à la souéille apeu boire.
Alors man grand-père é l’a arrêté. Apeu é y’a dit : T’sais pas, ma pchote Marthe, d’vant d’boire, j’vas t’emmouner chez l’curé d’Saint-Bounot, pou qu’é t’fyé communier. J’vas met’ la Fauvette au tapcul peu j’vas la faire trotter jusqu’à la cure, y’en a pas pou langtemps… »
La pchote, il a dit voui. Apeu y’est c’man ça qu’é Tant fait. La Fauvette, c’man s’il avo campris qu’y presse, il a jamais été aussi vite. E Tant arrivé à la cure, é Tant souné, l’curé s’a révouéillé presque en coulaire, mais ya bin foyu qu’é l’obtempéré. E Tant viv’ment été à l’église, l’curé a euvri l’tabernacle apeu é l’a fait communier ma tante Marthe.
Merci bien, Môssieu Pcuré, qu’é l’a dit man grand-père. Peu maint’nant, j’voudro encore vous d’mandé un service…
Quoué dan, man Jean-Glaude ? qu’é l’a d’mandé l’curé.
Y’est qu’vous béillint à boire à ma pchote Marthe. Il meurt de soué.
«Vous allez pas m’craire, qu’é djo man grand-père quand pu tard é racanto s’qui, mais y’est tout juste si l’curé é s’a pas r’varpé quand j’yé d’mandé à boire pou ma pchote. Si y?avo pas été un homme de Djeu, é s’éro r’seum’ni langtemps de s’que j’allo l’y dire. Pas l’y faire, pass’que j’ai jamais tapé su nain. J’ai tôje dit qu’y foyo laisser là force pou les bêtes, apeu la raisan pour les hommes. Mais j’ai vraiment évu envie d’I’y causer… »
Mais, ban, man grand-père é l’a rien dit, pass’que l’curé y’éto un homme de Djeu.
S’tôt qu’il a évu bu un ban coup, ma tante Marthe il a r’manté su l’tape-cul d’aveu man grand-père apeu é Tant rentré à la Rass’nouze. Pou rentrer, la Fauvette, il a brament marché au pas. S’coup-là, man grand-père apeu ma pchote tante Marthe é l’étint pu pressés. Man grand-père é l’a causé à sa pchote. E y’a dit qu’le matin à la messe, il pourro pas aller communier d’aveu ses pchotes copines, mais qu’il mettre quand main-me sa belle aube bianche. Apeu qu’il s’ro la pu jolie d’toutes.
… Man grand-père é l’a causé c’man ça, à sa pchote, pendant tout le ch’min. Ma tante Marthe, il avo l’air endremie, la tête calée cant’ l’épaule de man grand-père, mais il dreumo pas, il écouto. Les yeux farmés. D’aveu un grand sourire de bonheur.
P’tét’ qu’il rêvo qu’il éto au paradis…
Tout s’qui, cent vingt ans pouriqui après, vous é bin sûr du maux d’y craire. Mais y’est si vrai que j’vous z’y dit.

 

La Glaudine

.