La marche des moulins

Ct’anhnée, au-l-en encore organisé aine marche gormande.
J’y éto atou.
J’vous y racante, mâ fiez attantion, y’a raque des menteries.
T’sais pas, mâ j’savo pas c’ment m’harbilli, vu le temps qu’a fait la vouaille.
Un temps d’chains.
Y’a fait peutement toute la jornée. Y pieuvot pas à la souaille, mâ aine pchote piou qu’a deuré tout l’je. J’me sais dit, si y fâ c’temps-là d’main, c’ment dan que j’vains fare, y’a ren pou s’avréßi. Ma casquette s’ra ben astout mouille, apeu y faudra pt’étre que j’peurne man dvanter d’piau pou pas m’mouilli les genoux !
Dimanche, su l’coup des 11 heures, y fiot à peu près ban, mâ l’soula n’étot pas garanti tout l’je. Tant pire, j’prends ni casquette, ni dvanter.
En arrive au bourg, faut s’inscrire, prendre les morciaux d’cartan qui beillant droit à mangi apeu à boare, en prend l’apéro dans la nouvalle salle apeu y’é parti, directian Boûla, en travarsant un pâquer. Au début, y’avo pas mal de mantagne, le col des Roûtis, qu’j’ains fait deux fois. Entremet, y’avo un premer arrêt pou l’entrée : du fricot av’des carottes, et un canan de c’que t’vouillot, ruge, bian, ou ben d’yô. Y’étot tout campris mâ attentian, raque un verre ! Si t’en r’vouillot un autre, foyot beilli un neuro et demi, sauf si te r’vouillot d’yô, qu’avo pas b’soin d’payer. Y paraît qu’ya aine anhnée au t’varsaient des canans à beurnanciau, sans qu’te r’paye, eh ben au-l-en en été pou yeu sous ! Au-l-en ran gagni du tout !
Reusement qu’au-l-en pas mis la ßiée so la pôrte, j’arains pas pu r’veni.
Y’avo aine piscine, pou cééle qui savaint noigi, mâ j’ains vu personne dedans. Personne ya cheu nan pu, des fois, en rlichant, y’est ben astout fait.
En ch’min, y’avo un endroit quoi au-l-avaint mis des palettes, pou pas s’gaugi dans les moirets. Ban djeu, au sangeant à tout, tchen !
Aprés, dvant le deuxième col des Roûtis, j’ains mangi l’piat d’châ au m’lin, so un grand vouyau. Y’avo d’la place. Le m’nu étot affichi : du couchan aveu des favioules apeu des tartoßes. Bien ban, mâ c’ment dan qu’au-l-avaint fait queure l’couchan, en aro dit chépas quoi. Au l’avo pas l’goût d’couchan. J’me sais d’mandé si au-l’l-araint pas fait queûre à yô, au lieu d’le mettre au fo. Yéto-t-y du couchan bouillu ? A moins qu’éto un croisement, mét’nant au fiant n’impourte quoi. Ptéte du couchan-poulot, ou queque chouse c’ment san. J’en avains chécun un pochan, aveu deux tartoßes. Les tartoßes étaint ptchotes, des glines, yé be sur qu’au-l-araint pas pu nous beilli chécun deux grousses tartoßes, y’aro coûté trop cher, apeu j’araint p’tétre pas pu tout y mangi. Sans campter que les grousses poumetares, y se rvint bien pu en les mettant à la chaudière pou les couchans. Si te rvouillot des favioules, y coûtot 10 centimes pou en avoare un cent.
Aprés, directian les Chivanys. Arrêt surprise : aine goute de peurnes, et en cantinue.
J’ains vu un champ qui v’not d’étre ensmenci. Des soulas probablement. Y’en avo au moins 50 jornaux, p’téte pu. Mâ, attentian, feuyot pas aller au travâ, y’aro saccagi les pchotes pousses quétaint à pouaine tresies. Feuillot fare le teu du champ en suivant les canteus, pou arriver au fremage. Tout l’mande a bien fait l’teu c’ment au d’mandaint.
Mâ dis-dan, cment dan qu’au fiant pou fare des tares sans hârbe ? Pas un ravougnau, point d’abiéças, pas un fi de traineße, point d’aloyans nan pu, pas un seul piâtre de griment. Au dvant étre des camptes pou saußer toute c’te tare.
C’ment les autres anhnées, fremage fô su des routies queutes su la braise, bien ban, surtout quand ils sant chaudes !
C’t’anhnée, yéto servi à la ßoue. Y’éto bien, y’avo aine dizaine d’emparts apeu en t’not six à huit dans chécun. J’savo pas qu’dans ces ßoues modernes y’avo des tabieus, apeu qu’les couchans mangeaint astés auteu.
Mâ, t’sais pas, en a failli s’étouffer ! Le canan étot servi à la ßoue, aine fois qu’t’avo ta routie, que t’mangeot en allant te ster. Mâ y’avo pieu d’place ! En tornot en mangeant la routie, mâ ran à boire ! Quand j’ains pu nous ster, le canan, que j’ains bu en chicotant, ban djeu qu’au l’a che loin !
J’ains visité les tableaux de Fernand. Ben dis dan, au-l-avo bien kéchi qu’au savo peinturer c’ment san ! Mâ qui dan apeu lavoudan qu’au y’a appris ? Y’en avo pien sa salle, des gens, des mayans, des niuages qu’au peinture d’aveu un modèle. Au sant droulement réussis, surtout la Jocande apeu l’Abbé Pierre.
Y ‘avo atou un cabinet, pou les fanes. Y paraît que c’t’anhnée, le trou étot encore pu ptchot qu’d’habitude. P’tétre que cééle qu’organisant, au l’entraînant les fanes à mieux viser. Apeu dvant c’te cabinet, y’avot-y dan pas aine grousse épene, qu’au l’avaint pas vue en éßarpant, en pien dvant la pôrte ! Feuillot l’ver la chambe pou pas s’ampigi en risquant d’seßper apeu p’tétre de s’épanoßi c’ment un faut si t’arrives pas à t’réchaquer !
J’ains travarsé des bouhoux. Y’avo un piège : y’a un endroit quoi y feuillot torner à droite, pas aller tout droit. Y’étot pas indiqué, j’yains vu pasque tout droit yéto pas feurté. Surment qu’les premers en du s’pouser la questchan : j’torne-t-y ou ben j’va-t-y tout droit ? Les chmins étaint bien éßarpés, personne s’est empigi.
Aprés un bout d’route express, j’ains r’joint la route d’la Citadelle. J’ains passé d’vant chez la Mère Beurtale ; j’aro ben vouillu acheter un caranougat, c’ment dans l’temps, mâ ya lantemps qu’yen a pieu. Nous v’la arrivés au dessert aveu du café si t’en vouillot. Y’en avot deux qui s’étaint pas vus dépeu 40 ans, aine fane apeu un homme. La fane, qu’étot pas véille mâ qu’étot pieu jeune nan pu, daveu la piau un ptchot bout crainßie, l’y djot :
– Alors Gastan, t’me rcougnais dan pas ?
– Nan, qui dan qu’t’es ?
– Menfin, la Rose, t’te rsouvains pas d’moi ? En s’est pourtant prou abuilli ensembieu, j’ains prou joué au goudot, quand en allot en classe !
– Aaaaah vouiiiiii…….. Métnant qu’t’y dit………. Oh mâ t’es dan ben dvenie pete ! Maudlafé que j’t’avo pas rcougnue !
La Rose, il en étot toute rtornée.
Y’est vrai qu’il est bien moins balle que quand il étot jeune. En pu, c’matin, il avot dû s’pigni aveu un rétchau : il avot les ch’veux mal découtis apeu il étot toute déchaffrignie !
Aine chouse qui m’a épaté : j’ains point vu d’champs de tartoßes, point d’champs d’biattes, point d’souaille. Raque du bié apeu d’l’ôrge. J’ains mainme point vu d’troquis, mâ y’est pasque au l’éto pas encore ensmenci, à cause du temps qui fâ dépeu c’t’hiver. Y fâ raque de pioure ! Mâ quiant qu’au beillant à yeu couchans ? Quiant qu’au vant beilli é vèches c’t’hiver à part du panißet, si au-l-arrivant à sner l’troquis !
Y’a aine anhnée, j’ains vu un champ d’troquis d’au moins 40 ou 50 jornaux, qu’éto déjà bien tresi. Y’avot Glodusse qu’étot d’av’moi, apeu sa fane. Sa fane il est pas d’là, il vint d’la ville, ptéte de Chalan ou mainme d’encore pu loin. Il campernot l’patois, à fôrce, mâ il le causot pas. Il l’y dit « Tu as vu ce beau champ de poireaux ? ». Il arot mieux fait de s’couilli, pasque Glodusse au t’la r’prise : « Mâ t’es dan touhouje aussi bazote, t’vois ben qu’est pas des pourots, y’est du troquis. » Apeu au-l-a cantinué : « T’te rends campte, 50 jornaux d’pourots, ben man vieux au-l-araint d’quoi s’écrapußi ! Y’est tout d’mainme pas la ferme des viaux quoi y feuillot tout l’je pou fare le te du tas de f’mer en vélo. En troquis, y fâ déjà d’quoi écheilli, apeu t’vois-t’y tout l’panißet qui va y’avoare à couper apeu à rentrer pou c’t’hiver ?»
Glodusse, au-l-a touhouje su causer é fanes.
Encore aine fois, quelle organisatian ! Astou arrivés, en s’occupot d’nous. Dépeu la place quoi en nous djot quoâ s’gârer, partout y’avo du mende pou s’occuper d’nous, nous beilli à mangi apeu à boare, apeu mainme r’trouver les ßiées d’auto d’cééle qui les avaint perdues !
Sans campter toute c’t’ouvrâge pou tout préparer, tout réqueurer aine semaine à l’avance et tout r’mettre d’aplamb aprés. J’vous félicite teurtout d’avoir su organiser sainqui.
J’ains évu bien d’la chance, y’a fait ban tout l’je. Raque du soula, le ciel n’s’est pas macheuré un seul coup. Pas c’ment la vouaille apeu le lendemain.
Y’a pieu qu’à r’kemeßi.

Jean Settin de Granbeurdin
De l’Académie de patois des Cortiboußoux

.