La couleur de la piau ?

S’t’histoire là, il s’a passé deux-trois jours après qu’les Américains é l’avint élu l’Baraque Obama.
Par là riend’main ou l’surlend’main de s’t’électian, y’a un journaliste qu’a m’ni m’voir. Pour me d’mander, vous d’vin’rez jamais quoué : si j’seu prôte a voter, un jour, pou un président noir. C’man é l’ant fait, y’a pas langtemps, lavandlé en Amérique.
– Mais quoué s’que t’vins me d’mander là, man pôr drôle ? que j’y’ai répandu. Un président noir ? Y chang’ro quoué par rapport à un président bianc…
– Bin, y’en a jamais évu, de noir, qu’an été élu, alors y s’ro nouveau ?
Mais t’as-ty bien réfléchi à s’que t’me dit ? que j’y’ai encore dit. D’vant l’an-née passée, chez nous an n’avo encore jamais éli un Sarkozy… Y’éto bin nouveau atou.
Apeu dis m’voir qu’est-ce qu’a changé ? Moue, ma r’traite il est tôje pareille, man pôr caddy, quand an m’emmoune à la suprimette pou faire mes commissians, j’y voué un pcho bout pu cher tous les cô… Ni pu ni moins qu’éto d’vant. Quoué s’que t’cré qui chang’ro si l’cô d’après j’élizins un noir ? ou bin un jaune ? ou bin un ruge ?
Après que j’yé évu dit s’qui, spôr pcho gamin d’journaliste é l’a mis un moment pour savoir pou quel bout m’empougner. E l’a baragouiné deux-trois machins campliqués (enfin, j’veux dire : que j’ai pas campris) apeu é m’a esspliqué qu’élire un président en couleur (y’est s’qu’é l’a pris c’man formule, j’cré, «en couleur», pou dire « noir »), y vouyo surtout dire que le gens é changint yot’ façan d’voir les choses, qu’é m’nint, disans, pu gentils.
– Ah ! ban ? que j’y’ai dit. Pass’que, en Amérique,jusqu’à la s’main-né passée é retint môvais, apeu dépeu mardi soir é sant gentils ?
Y y’a coupé l’subio.
– T veux-t’y éne pchote goutte de s’rise après tan café ? que j’y’ai d’mandé pou l’y r’béiller la parole.
– Oh nan ! Madame Claudine, qu’é m’a dit, j’canduis man auto peu j’ai d’jà pu ranc’ sept points su man permis.
– Y’est pas éne cuillère de goutte de s’rise qui va t’sôler, ou bin y’est que t’seu pas un homme.
J’ai dan été charché man bocal apeu j’y’en ai mis un pcho pochan dans l’fand d’sa tasse.
E y’a goûté, é y’a trouvé fin ban. Apeu j’ai vu qu’é s’apprêto à r’parti, en sangeant qu’é pourro ran tirer d’moué. Alors, c’man j’seu au moins aussi gentite que les Américains dépeu mardi, j’ai charché à l’seutchi d’affaire.
Est-ce que t’te r’sevins, que j’y’ai d’mandé, quand s’qu’an é éli, chez nous, à Marvans, un maire qu’avo un œil bieu peu l’aut’ jaune-vert ?
– Bin sûr qu’é s’en r’sem’no pas, l’pôr gamin. Y’éto d’vant la guerre de 14. E l’éto pas né, peu moue à pouainne. Apeu, en pu, soué à l’est pas d’Marvans.
E m’a r’gaidjé d’aveu des yeux c’man éne carpe d’quinze livres.
– Mais pouquoué qu’vous me d’mandez s’qui, Madame Claudine ? qu’é l’a dit.
– Bin pass’que toué te m’as bin d’mandé si j’vot’ro pou un président noir ?
J’ai campris qui foyo que j’m’essplique, autrement qu’é l’allo parti en m’prenant pou éne folle.
– Te voué, que j’y’ai dit. Pou moue, dépeu que j’seu née, j’me seu jamais basé, pou voir si un homme ou éne fone sant bien ou pas bien, sur la couleur des yeux. J’ai vu des gens qu’avint les yeux bieux qu’étint des vrais teignes, apeu des autres, d’aveu exactement les main-me yeux qu’étint des saints du paradis. Pour la langueur des jambes, y’est pareil. Y’a des pchos gentils peu des pchos mauvais. Pouquoué t’veux-t’y qu’la couleur de piau y s’est pas pareil que la couleur des yeux ou bin la langueur des jambes ?
E l’éto désespéré, l’.pôr drôle… Allors j’ai fini pou l’y dire s’qu’é l’avo m’ni entendre :
– Bin sûr que voui que j’seu prôte à voter pou avoir un président noir. J’seu pas pu bête qu’un autre… Apeu pou tout d’dire, man pcho drôle, j’seu pas Américaine, moue, mais le pcho Baraque, eh bin j’éro bien ain-mé voter pou soué. Pass’que é marque fin bien. C’man Lecanuet en souéssante-cinq cant’ de Gaulle.
J’ai bin vu qu’man gaillard é l’avo du maux d’y camprendre. En souéssante-cinq, quand s’pôr Lecanuet é s’a présenté, é l’éto pas encore né.

La Glaudine

.