Guste, au déguste

Glaude apeu san garçan Dédé sant deux rengaugnoux. Au s’y cougnaichant en médecine bien pu qu’les médecins. Au pouvant te r’mettre le dou en place en t’mettant su l’ventre, un genou dans l’dou apeu en tirant su les brés. Y taque un coup apeu tout est r’mis d’aplamb. Au soignant atou toutes sôrtes d’maux, si t’y va avau aine bouteille de noa ou d’ruge.
Au s’promenant un jeudi matin au marchi à Saint-Geormain. Au sant juste daré Guste, qui marche d’aine droule de façan : au s’tint droit c’ment un piquet, apeu au sarre des fesses en fiant des tout pchot pas. Au doit avoare mau à quéque endroit.
Glaude apeu Dédé au t’le r’gardant un moment, apeu Dédé au dit à san père :
« R’garde dan stune-là c’ment au va ! Te cras pas qu’au-l-a des hémorroïdes » ?
Glaude le r’garde encore un moment apeu au dit :
« Nan, y peu pas étre des hémorroïdes, si te r’garde bien. A man avis y’est putôt un furambieu mal placé ».
Au cantinuant à discuter, mâ personne n’arrive à persuader l’autre qu’au-l-a raisan. A la fin, Glaude dit à Dédé :
« T’sé pas y’a raque un moyen pou savoare. Y’a qu’à l’y d’mander ! P’tétre qu’au voudra nous y dire ! ».
Au-l-l’abordant apeu Glaude l’y dit :
« Scusez-nous, en est des rengaugnoux. En vous r’garde marchi apeu en voit ben qu’vous é un problainme. Y doit vous fâre mô ! Vous éraint t’y pas un furambieu entremet les chambes par hasard ? »
Guste le r’garde un moment, apeu au répand :
« Ben voui, j’misère pou aller, mâ nan, y’est pas un furambieu, y’est pas çan ».
Alors Dédé au cantiniue :
« Vous éraint t’y pas putôt des hémorroïdes ? »
« Nan pu » qu’au dit Guste.
« Ben vous vous êtes trampés tous deux ! Mâ si y peut vous rassurer, j’me sais trampé atout » qu’au rajoute. «Pasque j’ai cru qu’étot aine envie d’patter ! ».

Jean Settin de Granbeurdin,
de l’Académie de patois des Cortiboußoux

.