Ene bonne idée pou les gendarmes

L’ôt’ jour, vous y savez p’tét’ pas, peu j’seu pas chargée d’vous z’y dire, mais j’vous z’y dit quand main-me : Ppère Bonnot d’Fussey é l’a couché au violan. Enfin, y’est pas c’man ça qu’an n’yapalle maint’nant : an dit éne cellule de dégriz’ment.
E roulo brament en auto, en t’nant poutchant bien sa drouète, apeu é roulo pas trop vite, mais vouécia qu’su la route de Verdun, é l’a cheu sur deux gandarmes, qui y’en d’mandé ses papiers apeu qui Tant fait soufflé dans l’ballan.
J’sais pas au juste cambin qu’é l’avo d’grammes, mais s’qu’est sûr, y’est qu’é dépasse la dose. Peu pas pou rire. S’qu’est pas étonnant, pass’que des canans, é l’avance d’en boire. Vu c’man s’qui, bin sûr, les gendarmes, é l’ant pas vouyu l’iaisser r’manter dans san auto. E Tant gentiment pris dans la yeu peu é Tant emmouné couché dans s’te fameuse cellule de dégriz’ment.
Moue, j’ai point d’canseils à béiller é gendarmes, vous vous en doutez bin, mais j’peux quand main-me lu z’y dire c’man an s’y preno dans l’temps pou « dégriser » (nous, pas bien savants, an d’jo « déssôler ») cela qu’an avint b’soin.
Pou vous y’esspliquer, j’vas vous racanter l’histoire du Jean-Paul d’la Bargement.
Y s’a passé à la fin des an-nées souéssante. L’Jean-Paul é l’avo pouriqui dix-huit-vingt ans.
Y’éto pas un grand dansou, l’Jean-Paul, mais ses deux soeu, la Mich’line apeu la Josette, ils ain-mint trop aller au bal, peu yot’ moman (qui z’yavo été vingt ans d’vant peu qui savo dan bien c’man y s’passo), il vouyo pas les laisser y’aller toutes seules. Foyo dan qu’le Jean-Paul é les emmoune, peu bin sûr qu’é les gaidje pendant qu’ils dansint…
Y’est c’man s’qui qu’é s’a r’trouvé d’aveu deux copains, l’Cow-Boy apeu Belette, à un bal à Mantret.
Pendant qu’les filles dansint, nos gaillards sant amounés à la buvette peu é Tant attaqué é blancs limés. Un, deux, trois… pou l’moins, é l’étint trois, y’a bin foyu qu’é péyint chécun yot’ tournée.
E l’avint d’jà pu guér’ soué, quand y’a arrivé l’heure d’I’électian d’ia rain-ne du fotballe de Mantret. Bin voui, s’soir-là y’éto l’bal d’I’électian d’ia rain-ne du fotballe. Alors vouécia qu’le patran d’ia buvette é s’appruche de yeu apeu qu’é lu z’y dit : « Vous savez pas mes pchos, si vous votez pou ma fille, j’vous abouére autant qu’vous vouyez… »
E s’y en pas faire dire deux coups. E Tant tout d’suite campris. E Tant dan bu, canan su canan, jusqu’à s’que s’te pôr pchote il s’est élue rain-ne. Après, bin sûr, le gars d’ia buvette é l’a pas pouvu faire moins que d’yarroser encore.Si bin qu’man Jean-Paul é l’a rentré frais c’man éne grillotte cueillue dépeu trois s’main-nés.
Un cô su l’sevran d’ses pères é l’a main-me pas pouvu euvri la porte. Y’a foyu qu’san père, révouéillé pou les coups qu’é béillo d’dans, m’né y’euvri.
Un cô dans la caribada, y’a pas été mieux. Man Jean-Paul é l’a parti en gambillant, é s’a éch’pé dan un pied d’tâble, é s’a rattrapé à s’qu’est pouvo… Y’éto l’couno du poêle. E l’a arréché l’couno d’ia chem’née… Un vrai cirque.
San père l’a laissé aller jusqu’à san lit. « Dreume bien, qu’é y’a dit, pass’que l’jeu va pas tédjé à se l’ver ».
Apeu, si vrai que j’vous z’y dit, é l’a révouéillé deux heures pu tard, à six heures, apeu é l’a envié labouré d’aveu l’tracteur.
E l’éro mieux fait d’I’envier daré la j’ment, pass’que si man Jean-Paul é l’a réussi à négocier l’premer souéillan, bien d’vant d’arriver au bout du deuxième é dreumo… Si bin qu’le tracteur é l’a fini à ch’vo su la dove, la charrue piantée en tare à pas pouvoir la décoincer…

Y s’ro gros d’mieux que d’les farmer, à rien faire, éne né dans un cellule pas pu grande que man cabinet.

La Glaudine

.