Baudrières fête son électrification

Les difficultés de l’électrification des campagnes apparaissent surtout dans des communes comme Baudrières, où le bourg se réduit à quelques établissements publics élevés autour de l’église et où les habitations sont disséminées sur les 2 693 hectares qui forment la superficie de la commune, formant dix hameaux eux-mêmes très étendus, parmi lesquels est celui de Tenarre, qui fut jadis le siège d’un fief de la maison du Blé d’Uxelles qui possédait là un château fortifié. Pour desservir ces hameaux et les fermes isolées, il a fallu établir près de 35 kilomètres de lignes à basse tension qui ont porté partout la force et la lumière. Cette apparition ne date que de quelques jours et on peut comprendre la joie des cultivateurs en présence d’un progrès si durement acquis.

Hier, on célébrait cet événement et autour de Mrs Contaminard, maire de Baudrières et conseiller d’arrondissement, et Lombard, maire de Saint-Germain du Plain et conseiller général, s’étaient groupés les habitants pour accueillir les personnalités officielles venues s’associer à l’allégresse générale. Un vin d’honneur fut offert à ces derniers à la mairie, puis, après la visite de l’exposition d’instruments agricoles mus par l’électricité, installée par Mr Ruffier de Bourg en Bresse, on se rendit au banquet servi au café-restaurant Cadaut, situé en face de la mairie et de l’église.

Mr Guindon, propriétaire de l’hôtel de la Paix, à Tournus, avait préparé un menu excellent en tous points, dont voici l’alléchante énumération : Potage Germiny, hors-d’œuvre à la parisienne, poulet sauté chasseur, saumon sauce Gribiche, civet de lièvre Saint-Hubert, flageolets au beurre, gigots des prés salés rôti, salade de saison, desserts variés, fromage, corbeille de fruits, génoise glacée au kirsch, friandise, vins fins, café, liqueurs. Ce menu copieux était arrosé de Pommard et de mousseux. Inutile de dire qu’on lui fit largement honneur. Lorsque le mousseux pétilla dans les coupes, les ampoules électriques, voisinant encore, dans la salle de bal, avec les lampes à pétrole, dûment garnies et équipées, ayant servi jusqu’alors, s’allumèrent aux applaudissements de la salle entière.

Mr Contaminard, maire, se leva et, après avoir lu diverses excuses, notamment celles de Mr le Préfet, de Mr Maupoil, député, de Mr Wahl, ingénieur en chef, de Mr Guenot, ingénieur des ponts et Chaussées, de Mr Orset, ingénieur des travaux publics, et Trimaille, maire d’Ouroux sur Saône, malade. Mr Contaminard poursuivit ainsi : « C’est chose faite aujourd’hui, dit-il, la commune de Baudrières est heureuse de fêter l’installation de son réseau électrique. Toutes nos maisons, nos fermes les plus isolées, sont actuellement pourvues de cette lumière réclamée depuis si longtemps, et à juste titre, par tous les habitants . Ce progrès, je l’espère, n’est qu’une première étape, car bientôt la force motrice s’installera peu à peu dans nos exploitations agricoles ». Mr le Maire exprime sa reconnaissance pour ceux auquel est dû ce bien-être : Mr le Préfet, Mr le Sous- préfet, Mr Maupoil, député, qui a faite obtenir rapidement le maximum de subvention, Mrs Godard et Ramus, ses collègues du conseil municipal ; enfin, Mr Lombard, conseiller général, qu’il tient à remercier publiquement et dont la volonté, l’esprit d’initiative, mis au service de ses connaissances techniques, ont permis de mener à bien l’entreprise . « Les habitants de Baudrières ne l’ignorent pas, mon cher collègue, et je puis vous assurer dès lors de toute leur reconnaissance », ajoute Mr Contaminard aux applaudissements de tous les convives. Monsieur le Maire lève ensuite son verre à tous.

La parole est ensuite donnée à Mr Lombard, qui prononce les paroles suivantes : « Messieurs, la cérémonie à laquelle vous êtes conviés aujourd’hui marquera d’une pierre blanche l’histoire de l’électrification de cette partie de notre Bresse. Lorsque l’abonné tournant le commutateur voit partout jaillir cette lumière désirée, asservissant, à son travail quotidien la force motrice, il ignore, en partie, la lutte sans merci engagée contre la plus grande puissance électrique et financière du département, par ses représentants. Le secteur de Baudrières, destiné tout d’abord à être exploité par une société voisine, fut définitivement concédé à la Société Godard et Ramus de Bourg en Bresse, qui fit ainsi réaliser à la commune un coquet bénéfice de 100 000 francs sur le prix de construction du secteur et céder le kw. à 1 francs 70 au lieu de 2 francs 10, prix payé par les communes voisines exploitées par la compagnie évincée. Dès ce moment la guerre nous fut déclarée, guerre sournoise, déloyale et sans merci. Tous les moyens furent mis en œuvre pour faire échec à notre initiative. Aux offres alléchantes succédèrent les menaces, et devant notre résistance Faîtière Compagnie organisa une campagne d’une rare violence, employa contre nous les procédés, les plus vils et plus calomnieux, dont ils nous rendent compte actuellement devant les tribunaux. Inlassablement, nous avons poursuivi l’œuvre d’assainissement qui s’imposait et le bilan de notre victoire peut ainsi s’établir. La commune de Baudrières réalise 100 000 francs de réduction sur le devis de la société concurrente et celle de Saint-Etienne-en-Bresse 60 000 francs. D’autres enquêtes sont à l’étude ; partout s’organise la lutte contre le plus grand monopole électrique régional et je suis heureux pour ma part, d’avoir contribué à ce succès et d’avoir été pris directement à partie par nos adversaires. Cette lutte, menée victorieusement à bout, pour le plus grand profit de nos communes rurales, nous fut rendu possible et moins pénible, par le concours énergique, dévoué, et éclairé de Mrs les ingénieurs du génie rural, Mrs Rebillard et Drevet qui, toujours sur la brèche, infatigables, qu’aucune difficultés n’arrête, surent faire triompher totalement nos revendications. Il y a seulement trois mois, nul ne savait si à cette époque, nous serions dotés définitivement du courant électrique ».

Après avoir présenté les excuses de Mr le préfet, empêché, qui aurait été très heureux d’assister à cette manifestation, Mr le Sous-préfet célèbre, les progrès accomplis et les bienfaits de l’électrification des campagnes. Il félicite la commune de Baudrières, qui bénéficie de cette amélioration, et tous ceux qui y ont travaillé, entre autres Mr Contaminard, maire, qui continue inlassablement son œuvre qui, bientôt, aura une nouvelle gare sur son territoire, plus rapprochée, que l’ancienne de l’agglomération principale.

Le banquet se continua dans la gaieté et les chanteurs se firent entendre. L’un d’eux chanta, sur un air connu, l’électrification de Baudrières. Dans l’après-midi, Mr Serreau, de Saint-Germain du Plain, fit une démonstration d’appareils électriques. Le soir un grand bal termina cette fête dans l’allégresse générale.

Extrait du Courrier de Saône et Loire, fourni par Mme Michèle Maire-Contaminard.